La quête d'un compromis pour l’évacuation des Juifs du Maroc

Publié le par Yigal Bin-Nun

 


La quête d'un compromis pour l’évacuation des Juifs du Maroc
 
Yigal Bin-Nun

La France mit fin à son pouvoir au Maroc le 3 mars 1956 et un mois après, l'Espagne franquiste accorda à son tour, le 7 avril, l'indépendance au nord du pays. Sur une population d'environ 10 millions d'habitants, la communauté juive du Maroc comptait 230.000 âmes après l'indépendance, dont la plupart habitaient les grandes villes et surtout Casablanca. Dès le début du protectorat français au Maroc, un petit courant de Juifs quittèrent le pays pour la France, l'Espagne et surtout pour Israël. On divise d'habitude l'émigration juive en dehors du Maroc en trois grandes périodes : la première étant celle de Qadima qui commence après la création de l'état d'Israël jusqu'à l'indépendance du Maroc. La seconde est la période de l'émigration clandestine organisée par la Misgeret (du début 1957 à novembre 1961), et la troisième est celle de l'opération Yakhin où l'émigration s'effectua en concert avec les autorités marocaines, à l'aide de passeports collectifs (1961-1964). 
La veille de l'indépendance d'Israël et dans les années 1948-49, 22 900 Juifs quittèrent le Maroc pour Israël. De 1949 à l'indépendance du Maroc 108 243 Juifs immigrèrent en Israël dans un rythme d'environ 3 000 personnes par mois. Pendant toute la période de l'existence de l'organisation Qadima entre 1949 et 1956, 110 000 juifs quittèrent le Maroc et environ 120 000 Juifs demeurèrent au Maroc jusqu'en 1961. 237 813 Juifs immigrèrent du Maroc en Israël de 1948 à 1967. Le 26 novembre 1957 la population juive du Maroc comptait 164 216 âmes qui constituaient 1,8 % de la population marocaine. Environ 86.000 juifs vivaient à Casablanca et dans ses environs. 75 % des Juifs du Maroc vivaient dans douze agglomérations citadines et le reste dans plus de 150 agglomérations supplémentaires dont la population ne dépassait pas plus de 80 âmes.
 
L'argumentation marocaine contre le départ des Juifs
La question de l'émigration juive du Maroc indépendant, ou comme elle était communément désignée, le droit à la liberté de circulation, préoccupa inlassablement les dirigeants de la communauté juive locale, tracassés par les obstacles que les autorités dressaient aux demandes de passeports. Ce droit n'avait pas moins préoccupé le gouvernement israélien, l'Agence Juive, les chefs du Mossad et les émissaires du réseau de la Misgeret œuvrant clandestinement au Maroc. Les milieux libéraux marocains étaient opposés à l'idée d'émigration notamment afin d'exposer à l'opinion publique mondial, un aspect progressiste et libéral. Ils souhaitaient octroyer à leur pays l'image d'un état moderne où tous les citoyens pouvaient jouir de l'égalité des droits, sans distinction de religion. D'autre part, Ils craignaient que le départ des Juifs du Maroc n'affaiblisse l'économie nationale. Par contre les milieux panarabes et l'aile traditionaliste de l'Istiqlal, qui exaltaient publiquement l'hégémonie nassérienne, n'étaient pas ravis du fait que des Juifs aisés quittent le Maroc pour renforcer les rangs « sionistes » en Israël, en guerre contre la nation arabe. D'ailleurs, contrairement aux positions des représentants du Palais, les chefs de l'Istiqlal et leurs journaux Attahrir et « Avant-Garde » exigèrent la fermeture immédiate du camp de transit Qadima. Cependant, le dirigeant traditionaliste de l'Istiqlal, Allal Alfassi, déclara maintes fois que conformément aux principes de liberté et de démocratie, il ne conteste pas le droit légitime des Juifs de quitter librement le Maroc.
Dans les milieux juifs, le fondateur de l'Istiqlal était perçu comme le symbole de l'hostilité aux Juifs et à leurs droits. Alfassi est issu d'une des familles les plus notables de Fès qui y constituait l'aristocratie financière et culturelle et fut un des éminents personnages de l'édification du Mouvement National Marocain. Il fit ses études à Fès à la madrasa religieuse de la Qaraouine où germèrent les premières doctrines de l'orthodoxie islamique modernisée et de la lutte contre les sectes soufies répandues dans les zaouïa, qui propageaient des croyances mystiques au cœur des masses rurales. Après la proclamation préjudiciable du dahir berbère du mois de mai 1930, Allal Alfassi, Ahmed Balafrej et leur adversaire Mohammed Hassan Ouazzani s'engagèrent à propager les idées réformistes au sein du protectorat et par la suite exigèrent des revendications nationalistes qui aboutirent à la fondation de l'Istiqlal en janvier 1944. 
De retour au Maroc en août 1956, après un long exil, Alfassi publia dans l'organe de l'Istiqlal Al Amal, un article où il tenta de reprendre place au gouvernail de son pays. Il félicita le roi Mohammed V d'avoir endigué l'exode des Juifs vers la Palestine arabe subordonnée à l'impérialisme sioniste et le complimenta d'avoir bouclé l'organisation sioniste Qadima qui veillait à l'émigration des Juifs durant le Protectorat français. Alfassi avait ainsi défini l'identité de ces émigrants : « Nous savons pertinemment que ces émigrants n'appartiennent pas aux couches défavorisées mais plutôt à la classe moyenne et qu'ils emportent avec eux l'argent perçu après la liquidation de leurs biens. Ce qui signifie qu'en fait, nous fournissons à Israël des centaines de sionistes riches et bien portants pour la colonisation de territoires arabes et pour combattre nos frères musulmans [...] Il y a une limite à notre indulgence. Les droits qui sont octroyés à nos frères juifs les assujettissent à des devoirs de fidélité envers la patrie et ses habitants [...] La propagande sioniste trahit les Juifs et nous trahit aussi. Je m'adresse au ministre de l'Intérieur et lui adjure de rayer ce déshonneur qui porte atteinte à l'âme du Maroc et qu'il ne pourvoit pas de passeports collectifs à ceux qui convoitent l'émigration en Israël ». En dépit de son attaque contre le sionisme et l'état d'Israël, Alfassi mentionna les Juifs comme ses « frères ». Mais il détermina leurs droits en fonction de leur dévouement à l'état. 
Bien que le chef de l'aile gauche du parti Mehdi Ben Barka fût confirmé comme ami notoire des Juifs, il ne s'abstint pas d'assigner à ceux qui désertaient le Maroc le terme de « traîtres ». Le président de l'Assemblée Consultative réprimanda en novembre 1957 « une émigration artificielle » qui risquait d'exalter des musulmans contre les Juifs qui continuaient à vivre au Maroc et pouvaient générer des brimades antisémites dont les responsables ne seraient autres que les émigrants eux-mêmes. Grâce à un rapport du représentant du Mossad, daté d'août 1956, nous pouvons constater qu'elle était la situation au sein des partis politiques marocains. L'agent de renseignement israélien adressa le rapport au chef du Département de l'Émigration à l'Agence Juive à Jérusalem, Zalman Shragay. Il remarqua trois tendances distinctes concernant l'émigration juive à l'époque du premier gouvernement marocain présidé par Mbark Bekkay. á Celle des traditionalistes de l'Istiqlal dirigés par Ahmed Balafrej dont le regard était porté sur Le Caire nassérien ; celle de Mehdi Ben Barka qui craignait une détérioration des relations avec le monde occidental et préconisait que le Maroc devait arborer un aspect positif face à l'opinion publique mondiale et par conséquent consentir à l'émigration ; et finalement celle de son collègue Abderahim Bouabid, ministre des finances, adepte de l'Occident et opposé à l'intrusion de l'Égypte nassérienne dans les affaires intérieures marocaines, qui était favorable à l'évacuation du camp de transit Qadima où séjournaient plus de six mille Juifs qui avaient quitté leurs foyers et attendaient leur départ pour Israel. 
Malgré les déclarations en faveur de l'égalité des droits accordés aux Juifs, les dirigeants marocains, tous partis inclus, étaient unanimes dans leur opposition au départ des Juifs. Les causes de cette contestation étaient nuancées et reflètent la diversité des cultures politiques dans la classe dirigeante. 
- Le roi Mohammed V percevait les Juifs marocains comme les protégés du Trône, si ce n'est du souverain lui-même. Qui plus est, ce point de vue paternaliste et sentimental était dépourvu de réalisme politique. Il voyait dans le départ des Juifs un échec personnel du roi, tel un père qui délaisse ses enfants et n'accoure pas à leur secours lorsqu'ils commettent une erreur. 
- Le départ des Juifs juste après l'accession à l'indépendance risquait de porter préjudice à la société marocaine et nuirait à son économie. Les principaux domaines qui en pâtiraient seraient l'administration publique, le commerce et certaines professions où les Juifs étaient influents. 
- En laissant partir ses Juifs, le Maroc se manifestera comme un état réactionnaire et anti-libéral incapable de fournir à une minorité ethnique ou religieuse non-musulmane, les conditions nécessaires qui puissent lui permettre de s'intégrer dans la nouvelle société marocaine. 
- L'émigration juive vers Israël risquait de compromettre les relations du Maroc avec les pays arabes au Moyen-orient, avec lesquels le jeune état avait besoin d'entretenir de bonnes relations pour consolider son équilibre politique, après sa lutte anti-coloniale. 
- De surcroît, le départ massif de jeunes Juifs vers Israël renforcerait l'armée israélienne en état de guerre avec les pays arabes frères.
Ainsi se constitua une tendance unanime qui rallia tous les partis politiques marocains, dans leur opposition à la sortie des Juifs du pays. Les représentants israéliens et ceux des organisations juives internationales répliquèrent à ces raisonnements par des arguments contraires. Ils rétorquèrent que la référence économique n'était pas tangible, étant donné qu'environ 60. 000 Juifs (160. 000 Juifs vivaient au Maroc en l'an 1960) ne subvenaient à leurs besoins que grâce à l'aide humanitaire du Joint judéo-américain. 
Les modes de cultures de la classe politique marocaine influencèrent leurs rapports avec la communauté juive et avec la question de l'émigration hors du Maroc ainsi qu'avec leurs rapports envers le sionisme et l'état d'Israël. Cette classe sociale a été forgée par deux pôles culturels : l'un en Europe et notamment Paris et l'autre dans les universités Qaraouine à Fès et El Azhar au Caire. Dans ces deux pivots religieux, on inculquait une instruction islamique traditionnelle, quoique cette culture avait, elle même subi une modernisation relative. Le Prince Moulay Hassan, Balafrej, Ben Barka, Bouabid, Réda Guédira, Mohammed Alfassi, Abdelqader Benjelloun et d'autres avaient fréquenté les centres universitaire français et étaient partisans d'une politique pragmatique envers l'occident. Dans le camp opposé, le chef de la révolte du Rif Abdelkrim Khattabi, le roi Mohammed V, le héros légendaire le Fqih Mohammed Basri, Allal Alfassi et le rédacteur de l'organe de l'Istiqlal El Alam, Abdelkrim Ghallab, avaient reçu une formation principalement traditionnelle et ne maîtrisaient peu les langues étrangères. Ils étaient influencés par les principes islamistes et panarabes en provenance du Caire et de Bagdad. D'après des listes établies par des sociologues français, 41 dirigeants du mouvement national marocain furent directement influencés par la rive gauche parisienne, ses personnalités influentes et ses revues littéraires. Chez certains, cette influence était mitigée d'une culture arabe et islamique modernisée par l'influence du Caire qui constituait un pôle idéologique primordial.
*
Les représentants israéliens précisèrent au cours de leurs entretiens avec les autorités marocaines, que dans certaines professions, le départ de Juifs gratifierait par de nouveaux emplois de jeunes musulmans qualifiés. Quant à la réaction des pays arabes du Moyen-Orient, les Israéliens répliquèrent que plusieurs états membres de la Ligue Arabe et même ceux qui étaient en état de belligérance avec Israël avaient permis aux Juifs de quitter leurs pays pour s'installer en Israël et leurs enfants sont recrutés à l'armée israélienne, comme c'est le cas des Juifs d'Égypte, d'Irak, du Yémen, de la Libye et de la Tunisie et même de la Syrie et du Liban. Selon Alexandre Easterman, délégué du Congrès Juif Mondial, alors que Nasser avait encouragé les Juifs à quitter l'Égypte et les avait même expulsés après la campagne du Sinaï en 1957, pour favoriser une politique d'union nationale, le Maroc encourageait plutôt la diversité nationale. Il rappela aussi l'exemple tunisien et la politique libérale de Habib Bourguiba, qui après avoir permit aux Juifs de son pays de quitter en toute liberté la Tunisie, ceux-ci ne se sont point rué vers les portes de sortie. 
Aux yeux de la classe dirigeante marocaine, la situation des Juifs ressemblait, dans un certain sens, à celle de la communauté française. Malgré les différences de nationalité - les Juifs étant de nationalité marocaine - la communauté juive, tout comme la communauté française, représentait un marché de consommation non négligeable et procurait une main-d'œuvre qualifiée à l'administration civile. En dépit des déclarations d'apaisement de la part des dirigeants marocains, les Juifs redoutaient un futur incertain, dès lors que le jeune pays indépendant surmonterait ses problèmes économiques et politiques. En fait, la liberté de circulation et l'octroi de passeports ne constituaient pas de problème pour la majeure partie des Juifs. Ces droits n'avaient de rapport évident qu'avec quelques commerçants et hommes d'affaires juifs aisés qui souhaitaient effectuer des voyages d'affaires, faire du tourisme, ou visiter des proches en Europe. Ces deux revendications ne pouvaient en aucun cas résoudre le problème de la masse juive des classes populaires défavorisées dans les grandes villes ou dans les petits villages du sud marocain. Cette masse espérait émigrer avec l'assistance active d'un organisme qui s'occuperait de sa sortie du Maroc et du transfert de ses biens vers un nouveau pays. Toutefois, les représentants des organisations juives mondiales avaient préféré débattre le principe, facilement défendable, du droit à la libre circulation et l'octroi de passeports, au lieu d'évoquer l'ambition de concéder à un pays étranger le droit d'organiser sur le territoire marocain une émigration systématique et structurée de ses ressortissants juifs pour les acheminer vers Israël. 
Progressivement, les autorités durent renoncer à leur opposition au départ des Juifs et firent semblant de l'ignorer tant que celui-ci ne s'effectua pas de manière tapageuse, au su des représentants des partis de l'opposition. Étant donné que l'objection au principe de l'émigration juive avait doté les chefs des partis d'une arme politique servant à défier le Palais, personne n'osa manifester son approbation au départ des Juifs, bien qu'au cours d'entretiens personnels, ils ne s'y étaient point opposés et n'avaient entrepris aucune démarche pour y mettre un terme. Néanmoins, le Trône décida de réviser sa politique à ce sujet. Les causes de ce revirement sont multiples. La pression de l'opinion publique mondiale, juive et non-juive, avait engendré chez les dirigeants politiques une mutation progressive qui avait abouti à une vision pragmatique du problème. Ils comprirent qu'en fait, il était insensé d'ériger une barrière artificielle, face au désir constant des Juifs fermement décidés à quitter le pays, pour bâtir leur avenir sous d'autres cieux. Les émissaires de la Misgeret étaient tout à fait conscients du rôle que jouait l'émigration dans le litige opposant les partis politiques au Palais et savaient aussi que le Trône ne s'efforçait point de mettre fin à cette émigration illégale. L'historien de la Misgeret Eliezer Shoshani n'oublia pas de souligner que : « Dans le langage politique actuel, il faudrait avouer que les divers gouvernements du Maroc indépendant n'avaient pas osé laisser les portes de l'émigration grandes ouvertes de peur que l'opposition ne trouve des prétextes pour attaquer le régime. Par contre ils n'étaient pas assez déterminés non plus à mettre fin à cette émigration ».
 
La rupture des relations postales et le dahir de marocanisation
L'événement qui suscita la dégradation des relations entre les autorités marocaines et la communauté juive et qui mit un terme à l'ère de l'euphorie qui caractérisa le désir d'intégrer l'élément juif au sein de la nouvelle société s'est accompli le 22 septembre 1959, au cours du gouvernement de gauche de Abdallah Ibrahim. Conformément à l'initiative de Mohammed V, les Ministres des Affaires Étrangères des états de la Ligue Arabe s'étaient réunis à leur 32e congrès, pour la première fois à Casablanca. Ce congrès ainsi que les visites du roi Hussein de Jordanie et du roi Fayçal d'Arabie Saoudite provoquèrent un regain de déclarations anti-israéliennes au Maroc et une recrudescence de proclamations en faveur de l'arabisation linguistique. Ce congrès s'est déroulé sans qu'on n'ait signalé aucune atteinte à la communauté juive de la ville, contrairement aux exactions antijuives qu'on signala au même congres une année plus tard. Cependant, sa décision de fonder « l'Union Postale Arabe » provoqua la rupture unilatérale des relations postales, télégraphiques et téléphoniques entre le Maroc et Israël. Exceptionnellement, la décision de rupture n'avait pas frappé les cas d'appels d'urgence, provenant de bateaux israéliens ainsi que les appels d'urgence en cas de détresse. Cette décision porta un coup fatal aux relations de quelque 150. 000 Juifs du Maroc, avec environ 120. 000 de leurs proches, résidant en Israël et ébranla un souhait de symbiose judéo-musulmane à peine amorcée. Cette rupture pesa lourdement sur le climat moral de la communauté juive et sur son avenir au Maroc.
D'autre part, l'arrêt gouvernemental, dahir du 26 novembre 1958, imposant la réinscription de toutes les associations bénévoles, juives autant que musulmanes, engendra des modifications au sein de la classe dirigeante juive locale. Une des conditions requise pour ratifier une association avait pour condition que les membres du comité directeur de l'organisme soient exclusivement de nationalité marocaine et de surcroît que son budget ne provienne pas de source étrangère mais plutôt de cotisations et de dons gouvernementaux. Les institutions juives craignaient que les autorités ne se contentent pas de désigner aux Comités des Communautés des candidats partisans de l'intégration mais aussi obligeraient leurs institutions à fournir des services à tous les Musulmans. Ceci risquait de s'effectuer de telle façon qu'au début, quelques Musulmans seulement recevraient des services mais que progressivement ceux-ci deviendraient majoritaires et même domineraient les comités directeur. Les nouveaux statuts du Conseil des Communautés Juives du Maroc, élaboré selon l'initiative de David Amar, devait certes surmonter les difficultés de la communauté en la redéfinissant comme minorité ethniquo-religieuse, mais le statut n'avait pas encore été ratifié par les autorités, des problèmes plus cruciaux les préoccupaient.
Étant donné qu'une partie des institutions internationales juives de bienfaisance étaient encore gérées par des Juifs de nationalité étrangère résidant au Maroc ou en Europe, une partie de ces institutions furent astreintes à modifier la constitution de leurs comités directeurs et de nommer à leur tête des membres de nationalité marocaine, tout en essayant parallèlement de faire pression pour obtenir des concessions dans leurs statuts. Une partie des anciens directeurs fut ainsi nommée comme conseillers auprès du comité directeur. Depuis juin 1958, les autorités s'opposèrent à l'existence de la CIRE « Caisse Israélite de Relèvement Économique » présidée par Raphaël Benazeraf et la juriste Hélène Cazes-Benattar, caisse qui soutenait les artisans juifs, en prétendant que ce fonds n'avait pas de raison d'être autonome après l'accession à l'indépendance. En définitive la caisse maintint son activité et n'a pas été dissoute. Des organismes juifs comme « l'Association pour la Propagation de la Langue Hébraïque » se sont abstenus de revendiquer une licence pour leur statut de crainte d'essuyer un refus. L'association Maguen David, dédiée elle aussi à la diffusion de l'hébreu, avait reçu, en dépit de ses inquiétudes, une ratification de son statut. Les statuts des associations vouées à l'éducation comme l'ORT, Otsar HaTora, Lubavitch, et des institutions médicales comme l'OSE et le « Home Benjio » furent approuvés sans problèmes. Quant à « L'Association des Juifs Originaires d'Algérie au Maroc », les autorités prétendirent au début qu'il n'était pas nécessaire d'entretenir un organisme séparé pour les Juifs algériens, mais en fin de compte leur statut fut approuvé. 

La quête d'un compromis pour l'évacuation des Juifs
L'échec de la mission du CJM en avril et juillet 1959 et le fait que ses délégués n'aient pu rencontrer le Premier ministre ni le ministre de l'intérieur entraîna les représentants des organismes juifs s'occupant du sujet marocain, à la résolution de chercher des moyens d'action alternatifs pour tenter de résoudre le problème. En juillet 1958, l'émissaire Wolfgang Bertholz avait achevé le rapport de ses entretiens au Maroc par une recommandation très explicite : « Tout en exploitant la situation économique déplorable du Maroc, il est nécessaire d'essayer de proposer une aide financière, afin d'obtenir de l'actuel ou du futur gouvernement, un quota d'immigration fixé d'avance. Une offre de ce genre devrait parvenir évidemment d'une institution privée, et sûrement pas d'Israël, tout en proposant habilement le sujet du quota d'émigration, comme condition préalable ». 
Certains dirigeants de la communauté juive avaient estimé lors d'un entretien avec Yaaqov Tsur, l'ancien ambassadeur d'Israël à Paris, en avril 1959, que la voie la plus efficace pour la solution du problème de l'émigration, était d'exercer une influence directe sur le roi par l'intermédiaire de son fils en visite à cette époque à Paris. Ces dirigeants connaissaient la sensibilité du Prince héritier aux arguments financiers. Toutefois, le représentant de l'Agence Juive, Yaaqov Tsur était sceptique quant à la réussite de ce procédé. Selon lui, le sujet nécessitait une seconde réflexion, étant donné que le Prince venait juste de rentrer d'Égypte et qu'il avait besoin du soutien politique de Nasser. Celui-ci lui avait sûrement promis une contribution et par conséquent, le Prince serait certainement plus prudent et évitera toute action risquant de nuire à son prestige, à la veille des entretiens de son père avec le président De Gaulle. Tsur estima qu'il serait difficile de trouver un intermédiaire qui puisse s'entretenir de ce sujet avec le Prince Moulay Hassan et même si cela se produisait, on doutait de l'aptitude du Prince héritier à tenir ses promesses. Pour cela il fallait vérifier, une fois de plus, si cette proposition était réalisable et trouver les voies adéquates pour aborder le Prince lors de ses déplacements à l'étranger. 
Pour remédier à ce problème, on convoqua une grande réunion de concertation le 17 juin 1959, à laquelle prirent part Nahum Goldman et Alexandre Easterman du CJM, Yaaqov Tsur et Éran Laor de l'Agence Juive, Walter Eitan et Shneurson de l'Ambassade d'Israël à Paris, Mordekhay Gazit du Ministère des Affaires Étrangères et Shlomo Havilio du Mossad. Bien qu'il y eût des divergences de vues entre le CJM et les Israéliens, tous les participants étaient unanimement convaincus que pour sortir de l'impasse, il fallait envisager une rencontre entre Goldman et le roi, lors de son séjour en Suisse. On proposa aussi d'effectuer parallèlement une rencontre avec le Prince héritier qui avait une influence considérable sur son père mais il était évident pour tous les participants, qu'un contact de ce genre ne serait possible que s'il avait une base « solide », faisant allusion à une indemnité financière. Les participants signalèrent que le Prince était complètement débordé par ses dettes. En raison de divers problèmes techniques, ni le CJM ni l'ambassade d'Israël à Paris ne réussirent à organiser cette rencontre. 
Ceci étant, au Ministère des Affaires Étrangères, on déploya beaucoup d'efforts pour obtenir une audience pour Goldman chez le roi. Tandis que S. Z. Shragay était partisan d'une rencontre avec le Prince héritier, Gazit était plutôt réservé quant au caractère et à la personnalité du Prince : « Il faut réexaminer le sujet et vérifier dans quelle mesure, le Prince serait capable de tenir ses promesses, si toutefois il était prêt à les émettre. Nous savons certes, que c'est une personne équivoque. En outre, il ne faut pas négliger l'éventuelle emprise de ses impressions du Caire ». Gazit préféra à cette étape emprunter « la voie normale » pour influencer le roi. Lorsque cette voie échoua elle aussi, on décida au Ministère de continuer d'embarrasser les Marocains par les visites constantes d'Easterman. 
Après l'échec des missions d'Easterman, les divers représentants s'occupant de l'émigration juive décidèrent d'examiner de nouvelles voies pour résoudre le problème de l'émigration, et demandèrent à Isser Harel de se rendre au Maroc le mois d'octobre 1959. À partir du début novembre, une série de réunions se déroulèrent dans le bureau du ministre des Affaires Étrangères Golda Meir avec la participation de tous les organismes impliqués dans le sujet. À l'Agence Juive, on convoqua une grande réunion, en début janvier 1960, avec la participation des représentants de l'Agence Juive, du Ministère et du Mossad, afin de réévaluer la situation au Maroc. Les divergences de vues entre les représentants du Mossad et de l'Agence Juive d'un côté et les représentants du judaïsme mondial de l'autre s'aggravèrent considérablement. Le représentant du Mossad, Arié Levontin étala ces divergences, de manière critique à l'aide d'une question insidieuse : La nouvelle politique devait-elle se baser sur les déclarations d'apaisement des autorités marocaines, recueillies par les représentants du CJM et d'autres organismes juifs, ou plutôt sur l'affligeante réalité au Maroc, telle qu'elle est rapportée par la Misgeret. Shragay qui clôturera les débats fut astreint d'accepter que les consultations avec les organismes s'occupant du judaïsme marocain n'incluent pas le Joint, l'HIAS et l'AIU, qui craignaient de perdre leur confiance aux yeux des autorités, s'ils prenaient part à des débats ayant un rapport avec l'émigration. Néanmoins, les représentants du gouvernement et de l'Agence Juive se tiendraient à leur disposition. 
Au début février 1960, les organismes israéliens s'occupant du sujet judéo-marocain décidèrent de tenter de nouvelles voies diplomatiques pour la sortie des Juifs. Une réunion en ce sens se déroula, à Tel-Aviv, présidée par Shragay avec la participation des représentants du Mossad, du gouvernement et de l'Agence Juive. Yaaqov Tsur a ouvert la réunion par une déclaration pertinente : « Il faut examiner l'éventualité de pourparlers de haut niveau avec les Marocains, avec le monarque lui-même, dans le but de parvenir à un accord pour la sortie rapide de tous les Juifs intéressés, en un laps de temps fixé d'avance ». En fait, la proposition de Tsur faisait allusion à un accord pour « l'évacuation » des Juifs du Maroc. C'est ainsi aussi que Isser Harel avait compris les propos de Shragay en mettant les points sur les i : « L'idée de l'évacuation n'est pas absurde ». Le chef du Mossad procura bénévolement aux autorités marocaines, des arguments pour expliquer leur politique au monde arabe : Ils pourraient prétendre, selon lui, que l'émigration du Maroc pèserait sur la situation économique d'Israël. Il dut avouer explicitement que la solution devait indubitablement être diplomatique. Le but principal de l'action clandestine que déployait son réseau au Maroc n'avait pour but que de fournir aux Juifs locaux la sensation qu'ils n'étaient pas négligés et aussi d'attiser l'espérance en leur cœur. 
L'idée d'aborder le Prince héritier pour parvenir à un accord est née en Israël, après la constitution du gouvernement Ibrahim et se développa après sa dissolution, en raison de la défaillance du roi face à l'ardeur de l'opposition. En juillet, après avoir été informé de la rencontre prochaine d'Easterman avec le Prince héritier, on demanda au représentant du CJM de rencontrer d'abord le ministre de l'intérieur Bekkay. Easterman reçu des instructions de Shragay selon lesquelles, pour le moment, il n'était pas nécessaire d'entrer dans des détails précis, mais qu'il fallait souligner à son interlocuteur que depuis que le Maroc avait accédé à l'indépendance on n'a pas permis aux Juifs d'immigrer en Israël, malgré les promesses et les déclarations du gouvernement. 
À l'ambassade d'Israël à Paris, Yaël Vered conçu une nouvelle voie pour contacter le Prince héritier. Le 27 juillet 1960, elle rencontra les représentants du Mossad pour débattre eux de nouveaux moyens de travail « face à la détérioration de la situation de la communauté juive du Maroc et surtout à l'aggravation des difficultés concernant l'organisation de leur sortie ». Selon ses informations, Mohammed V faisait fuir des fonds en dehors du Maroc. Le monarque était associé dans plusieurs entreprises en Suisse et en Italie mais avait des difficultés à assumer ses engagements financiers. Elle s'adressa au chef de la Misgeret à Paris, Éphraïm Ronel, et lui proposa, que Eran Laor, trésorier de l'Agence juive en Europe, s'adresse comme représentant d'Israël à l'avocat André Weil, définit par Vered comme la personne s'occupant des affaires financières du roi, pour qu'il envisage avec lui la possibilité d'aider le roi financièrement, et en compensation il déclenchera des modifications dans le domaine de l'émigration. Un accord de ce genre s'était déjà produit avec le fils du Premier Ministre Nouri Saïd en Irak. Ronel était surpris par la hardiesse de la proposition, mais promis d'écrire en Israël à ce sujet. Bien que Vered eût informé l'ambassadeur Eitan, elle rédigea une lettre au Ministère à Jérusalem en soulignant qu'à son avis, cette proposition devrait parvenir de la Misgeret et être soutenue par le Ministère. Si par hasard la celle-ci restait indécise, le Ministère de Golda Meir pourrait prendre cette initiative en main. Mais en fi de compte c'est Easterman qui rencontra le Prince héritier conformément aux propositions de l'émissaire marocain Bensellam Guessous lors de sa mission à Jérusalem.

L'entretien avec l'ambassadeur marocain
L'éditeur René Julliard convia de sa propre initiative, le 2 décembre 1959, à son domicile, le consul d'Israël à Paris, Mordekhay Shneurson et l'ambassadeur du Maroc en France, Abdelatif Benjelloun. Un débat envenimé s'engagea rapidement entre les deux diplomates. Dès que Shneurson exprima les sentiments de discrimination que ressentaient les Juifs du Maroc dans l'octroi de passeports et dans les relations postales avec Israël, l'ambassadeur marocain l'apostropha en ces termes : « S'il y avait déjà entre nos deux pays des relations diplomatiques normales et que vous seriez venu me voir pour me tenir de tels propos, j'aurais une preuve supplémentaire à ma conviction qu'il ne fallait pas entretenir de relations normales avec Israël, comme nous le faisons avec d'autres pays. Mon interprétation de vos propos est que vous, en Israël, vous vous placez comme les défenseurs des Juifs dans leurs pays d'origine et vous vous accordez le droit et la justification de s'immiscer dans les problèmes internes d'autres pays. Il s'agit là de citoyens marocains. Les responsables et officiels de ce pays ont le droit de décider s'il faut accorder ou pas des passeports et à qui les donner. C'est à eux aussi qu'incombe le droit de décider des relations postales avec d'autres pays étrangers ». 
Après que Shneurson spécifia à l'ambassadeur les affinités existant entre le monde juif et l'état d'Israël, il lui demanda comment il justifiait l'inquiétude du Maroc envers les Algériens et envers les activités qu'entretenait le Maroc en leur faveur, bien que ces gens-là ne soient pas des citoyens marocains. Comment justifierait-il son intervention en faveur des réfugiés palestiniens, dont ils parlèrent précédemment, lorsque ces mêmes réfugiés n'étaient pas des ressortissants marocains. Benjelloun, un peu calmé, se rapporta à l'émigration illégale. Selon lui les autorités marocaines étaient informées de l'existence d'un réseau clandestin qui faisait fuir les Juifs illégalement vers Israël, mais la politique des autorités était de tout temps de laisser croire qu'elle n'en savait rien. Toutefois, en aucun cas les autorités de son pays ne donneraient leur accord à une émigration juive qui renforcerait militairement Israël, en état de guerre avec ses voisins arabes, mais accepterait volontiers un accord entre les belligérants, basé sur des concessions mutuelles. 
Après la réception du rapport de Shneurson, le directeur général du Ministère Affaires Étrangères ajouta une remarque à l'intention du directeur de cabinet du ministre Golda Meir : « Cet entretien prouve qu'il n'y a aucun bénéfice dans nos tractations actuelles avec les Marocains. L'argument est trop usé et témoigne d'un manque de raisonnement et de lucidité. Parallèlement, ce même argument avait resurgi dans la réponse du Premier Ministre Ibrahim au Secrétaire Général [des Nations Unies]. Tous nos efforts n'aboutissent à rien. Il ne reste que l'action ». Cette remarque confirme les fluctuations ressenties par les représentants d'Israël chargés du problème de l'émigration entre l'action clandestine d'un côté, et la voie diplomatique de l'autre. 


 


 

 

Publié dans Publcations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article